Archives pour la catégorie Fiches argumentaires

tordre le cou au vote utile

Qu’est-ce donc que le vote utile ? La formulation même de sa définition fait apparaître sa contre intuitivité immédiate. Le vote utile est l’acte qui consiste à voter dès le premier tour pour une formation politique qu’on réprouve (le PS) au nom du risque qu’un mal plus grand (le FN) se retrouve au deuxième tour, en situation de pouvoir nous contraindre à voter pour un mal moindre (l’UMP) mais suffisamment grand pour que nous soyons prêts à tout entreprendre pour ne pas avoir à être forcés de l’élire. Il y a encore un encouragement au vote utile lorsque, indépendamment de la menace FN, les partis de gauche appellent sans autre précision à « Battre la droite ! » ou au « Tout sauf Sarkozy » : il se crée alors, sur le plan psychologique, le sentiment que les divergences à gauche ne comptent pour rien et qu’elles sont déclarées secondaires en face de cet objectif supérieur. Cela génère un comportement anticipatoire consistant à voter dès le premier tour pour le parti qui sera vraisemblablement le mieux placé au second pour battre la droite : à savoir le Parti socialiste, puisqu’il est de fait, dans l’esprit des gens, le plus grand parti à gauche. Ce comportement électoral est-il pertinent ? Quels sont ses dangers et ses contradictions ?

En attendant notre émission consacrée au vote utile, qui sera diffusée le 18 avril sur Radio Bip, nous vous recommandons de lire (et faire lire !) nos fiches argumentaires sur le sujet :

1) Convaincre avec des arguments :

Cette fiche est disponible en deux version : une version courte de 5 pages (téléchargeable en cliquant sur l’image ci-dessus, ou ici) qui synthétise le plus possible nos arguments, et une version longue de 24 pages, qui est destinée à convaincre les plus récalcitrants. Cette version longue peut être téléchargée en cliquant ici.

2) Convaincre par les sondages :

Notre seconde fiche démontre, en s’appuyant sur un raisonnement mathématique, que les sondages eux-mêmes vont à l’encontre du vote utile. Elle part du principe que la personne à convaincre croit en la pertinence des sondages.

Pour télécharger cette fiche de 2 pages, il suffit de cliquer sur ce lien.

N.B. : cette fiche a été réalisée lorsque les sondages plaçaient Jean-Luc Mélenchon à 10 ou 11% et Marine Le Pen aux alentours de 15%. Un sondage CSA publié le 22 mars 2012 situe désormais Jean-Luc Mélenchon à 13% et Marine Le Pen à 13,5%.

L’occasion d’écouter (ou réécouter) notre émission sur les sondages.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, suggestions ou critiques en commentant cet article, ou en nous envoyant un mail à l’adresse : effetdracula@gmail.com

L’émission du 14 mars : « Sortir du nucléaire est impossible »

« La sortie du nucléaire entraînerait la fin de l’indépendance énergétique. » (Eric Besson, ministre de l’énergie dans le gouvernement Sarkozy)

Aujourd’hui, 75% de l’électricité française est d’origine nucléaire, l’hydroélectricité représente 11,9%, l’énergie thermique (charbon, gaz et fioul) représente 10,6% et les énergies renouvelables représentent 2,4%. L’électricité ne représente cependant que 20% de la consommation énergétique totale, la France reste ainsi dépendante à 80% des énergies fossiles productrices de gaz à effet de serre. La sortie du nucléaire est-elle vraiment impossible? Quels sont les arguments des pro-nucléaires ? Existe-il une alternative au nucléaire ? Comment organiser la transition énergétique ?

PODCAST :

Notre quatrième émission, animée par Estelle et Daniel, a été diffusée en direct sur Radio Bip le 14 mars 2012. Elle peut être téléchargée au format mp3 (avec un clic droit, puis “enregistrer sous”) ou réécoutée ci-dessous :

ARGUMENTS :

(clic droit sur l’image + “enregistrer sous”)

Sur internet :
Le site de l’association négaWatt.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, suggestions ou critiques en commentant cet article, ou en nous envoyant un mail à l’adresse : effetdracula@gmail.com

L’émission du 7 mars : « Faut-il avoir peur de la dette publique ? »

Si la sécurité était le thème central de la campagne présidentielle de 2002, le pouvoir d’achat celui de 2007, il est légitime de penser que la dette publique pourrait être celui de la campagne de 2012. Le contexte marquant ce quinquennat de crise financière, l’exemple effrayant de la Grèce ont porté aux premières loges des questions médiatiques celles du niveau et du règlement de la dette des États. Faut-il avoir peur de la dette publique ? Est-elle un fardeau dont il faut se débarrasser au plus vite ? Et les politiques d’austérités envisagées par les différentes gouvernements européens offrent elles une résolution crédible à la crise financière ?

Toutes ces questions sont examinées par Aurélie et Samuel dans la troisième émission de « L’Effet Dracula », diffusée le 7 mars 2012 sur Radio Bip.

PODCAST :

L’émission peut être téléchargée au format mp3 (avec un clic droit, puis “enregistrer sous”) ou réécoutée par ici :

ARGUMENTS :

Pour aller plus loin sur ce sujet, nous vous proposons de télécharger notre fiche de 4 pages intitulée « Entrez dans le débat sur la dette publique » :

(clic droit sur l’image + « enregistrer sous »)

BIBLIOGRAPHIE :

– ATTAC, Le piège de la dette publique. Comment s’en sortir ?, 2011.
– François Chesnais, Les dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques, 2011.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, suggestions ou critiques en commentant cet article, ou en nous envoyant un mail à l’adresse : effetdracula@gmail.com

L’émission du 29 février : « Sondages : souriez, vous êtes manipulés ! »

« Les sondages c’est pour que les gens sachent ce qu’ils pensent. » (Coluche)

Les sondages sont-ils neutres ? Sont-il réalisés selon des procédés scientifiques ? Sont-ils utiles ou dangereux pour la démocratie ? Delphine et Thibaut apportent des éléments de réponses à ces questions dans cette seconde émission de « L’Effet Dracula », diffusée le 29 février 2012 sur Radio Bip.

PODCAST :

L’émission peut être téléchargée au format mp3 (avec un clic droit, puis “enregistrer sous”) ou réécoutée par ici :

ARGUMENTS :

Pour aller plus loin sur ce sujet, nous vous proposons de télécharger notre fiche de 4 pages sur les sondages :

(clic droit sur l’image + « enregistrer sous »)

BIBLIOGRAPHIE :

– Loïc Blondiaux, La Fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, 1998.
– Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas » in Questions de sociologie, 1984.
– Rémy Caveng, Un laboratoire du « salariat libéral ». Les instituts de sondage, 2011.
– Partick Champagne, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, 1990.
– Alain Garrigou, L’ivresse des sondages, 2006.
– Daniel Gaxie, Le Cens caché, 1978.
– Patrick Lehingue, Subunda. Coups de sonde dans l’océan des sondages, 2007.
– Richard Brousse et Alain Garrigou, Manuel anti-sondage, 2011.

Ouvrage de référence :
– Patrick Lehingue, Rémy Caveng, Alain Garrigou, Sondages. Souriez, vous êtes manipulés, éditions Bruno Leprince, 2011, 95 pages (5 euros).

Et sur internet :
L’Observatoire des sondages (Richard Brousse, Alain Garrigou…).

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, suggestions ou critiques en commentant cet article, ou en nous envoyant un mail à l’adresse : effetdracula@gmail.com

L’émission du 22 février : « Le capitalisme c’est pas parfait, mais c’est le seul système qui marche ! »

« Le capitalisme ne peut s’effondrer, c’est l’état naturel de la société. La démocratie n’est pas l’état naturel de la société. Le marché, oui. » (Alain Minc, Cambio 16, 1994)

Bien que tout le monde puisse en constater les imperfections, le capitalisme est très souvent présenté comme la forme la plus naturelle d’organisation de la société. A droite bien sûr. Mais également maintenant, dans les programmes officiels de la social-démocratie. Le capitalisme n’est plus considéré comme un objet de débat politique, mais comme un a priori de tout positionnement politique possible : « Oui, nous pensons que l’économie de marché constitue le moyen de production et d’échange le plus efficace. Non, nous ne croyons plus à une rupture avec le capitalisme ».* Et pourtant, nos sociétés ne sont pas soumises au capitalisme comme les pierres sont soumises à la gravité. Le capitalisme n’est pas une loi de la nature, mais une modalité particulière et contingente de l’action humaine. Tenir le capitalisme pour le seul système qui marche n’est-il donc pas au mieux de la paresse intellectuelle ou au pire une justification idéologique ?

* Source : Projet socialiste. Un nouvel horizon pour la France et le socialisme, 1991.

PODCAST :

Notre première émission, animée par Aurélie Vaudour et Samuel Chaîneau, a été diffusée en direct sur Radio Bip le 22 février 2012. Elle peut être téléchargée au format mp3 (avec un clic droit, puis « enregistrer sous ») ou réécoutée ci-dessous :

ARGUMENTS :

Pour aller plus loin sur ce sujet, nous vous proposons de télécharger notre fiche de 4 pages consacrée au capitalisme :

(clic droit sur l’image + « enregistrer sous »)

BIBLIOGRAPHIE :

– Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, 2009.
– Tony Andréani, Le socialisme est (a)venir. 2. Les Possibles, 2004.
– Bernard Friot, « A partir des retraites, imaginer un salaire à vie », mercredi 8 septembre 2010 (article disponible sur le site du Monde Diplo).
– Bernard Friot, Puissances du salariat, 1998 ; Et la cotisation sociale créera l’emploi, 1999 ; L’enjeu des retraites, 2010 ; L’enjeu du salaire, 2012.
– Yves Sintomer, Porto Alegre, l’espoir d’une autre démocratie (en coll. avec M. Gret), 2° édition revue et corrigée, 2005 ; La démocratie impossible ? Politique et modernité chez Weber et Habermas, 1999 ; Le pouvoir au peuple. Jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative, 2007 ; Les Budgets participatifs en Europe. Des services publics au service du public (en coll. avec C. Herzberg et A. Röcke), 2008.

Et sur internet :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe
http://www.reseau-amap.org/
http://www.lanef.com/

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, suggestions ou critiques en commentant cet article, ou en nous envoyant un mail à l’adresse : effetdracula@gmail.com